LNH, lockout, KHL, AHL et Europe

Bon mois d’août Fan! Je suis de retour de vacances, Subban n’a toujours pas paraphé une entente avec le Tricolore, Shane Doan est encore libre comme l’air et pas de déménagement annoncé pour les Coyotes.

Le pire, c’est la menace de lockout qui plane de plus en plus sur la LNH. Comme mentionné sur le site hier, Gary Bettman a lancé un ultimatum à l’Association des joueurs: si une nouvelle convention collective n’est pas ratifiée le 15 septembre prochain, les propriétaires ne prolongeront pas celle qui est en vigueur et déclencheront un lockout.

C’est à cette date que plusieurs équipes ont prévu d’ouvrir leurs camps des recrues. Plusieurs joueurs se sont dits inquiets suite à la déclaration de Bettman, si un lockout est décrété, les camps devraient être annulés.

L’AJLNH va soumettre une contre-offre le 14 août prochain.

Dans le cas d’un conflit de travail, Donald Fehr, le représentant des joueurs, aurait parlé d’un projet conjoint avec des dirigeants de la KHL la semaine dernière. Ses propos ont été rapportés par le réseau Sportsnet, toutefois, l’AJLNH a refusé de confirmer cette information.

Des rencontres entre des joueurs de la LNH et de la KHL seraient organisées à Moscou, à Halifax, à Québec et dans une ville du sud de l’Ontario qui reste à être déterminée.

Lors du conflit de 1994 dans la LNH, Wayne Gretzky avait mis sur pied une équipe qui avait disputé des matchs en Europe. Pendant le conflit en 2004-2005, un grand nombre de NHLer ont traversé l’océan pour s’aligner avec des équipes européennes.

Le fait que l’AJLNH s’implique dans des discussions avec les dirigeants de la KHL signifie qu’elle cautionne, en quelque sorte, que ses membres s’exilent s’il y les propriétaires ferment les portes des amphithéâtres nord-américains.

Si la LNH devait subir un lockout la saison prochaine, la procédure qui concerne l’envoi de joueurs de la Ligue américaine est complexe. Les joueurs qui possèdent des contrats à deux volets seraient admissibles à jouer dans la LAH. Ça, c’est simple…

En ce qui concerne les joueurs possédant un contrat garanti de la LNH, une règle de la Ligue américaine stipule que les formations ne peuvent compter plus de douze patineurs (les gardiens sont exemptés) avec un maximum de 260 matchs joués dans la LNH et un 13e qui aurait plus de 320 rencontres à sa fiche dans la grande ligue.

Une question comme ça: un joueur comme Louis Leblanc irait-il à Hamilton à 67 500$, avec les impositions fiscales canadiennes qui lui laisseraient environ 40 000$ ou accepterait-il une entente avec une équipe européenne de 300 000$ nets d’impôts?

À vouloir faire du hockey une business, Gary Bettman risque de faire perdre des actifs aux propriétaires d’équipes. Contrairement au football américain, au basketball et même au baseball, les joueurs de hockey ont d’autres options alléchantes que la ligue professionnelle nord-américaine…

Crédit photo: Agence QMI

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s