Négocier avec Bettman…

Les discussions entre la Ligue nationale de hockey et l’Association des joueurs sont en cours depuis la semaine dernière. Comme nous l’avions souligné à la fin mai, il s’agit également une confrontation entre Gary Bettman et Donald Fehr, deux négociateurs exigeants…

La LNH (Bettman) a déposé ses demandes à l’Association des joueurs (Fehr) vendredi, les échanges cordiaux, disant que les deux parties voulaient s’entendre, se sont subitement transformés.

Autant les attentes de l’AJLNH ne semblaient être une bonification des clauses actuelles, la LNH y va d’exigences assez radicales:

– La LNH désire que la part des revenus versés aux joueurs passe des  57% présentement
consentis à 46%.

 Le problème: le plafond salarial est en hausse depuis le dernier conflit de travail, la Ligue clame haut et fort être en santé, financièrement…

– La Ligue souhaite imposer une durée de 10 ans avant qu’un joueur puisse devenir joueur autonome sans compensation.

Ce point-là fait du sens, pour la Ligue, et pour la santé financière des équipes, donc pour le sport. Ça éviterait des aberrances comme P-A Parenteau qui obtient 4M$ par année, après seulement deux saisons « pas pires »…

– La LNH veut aussi limiter la durée des contrats à cinq saisons.

Jusqu’à preuve du contraire, ce sont les équipes qui acceptent de conclure des ententes d’une durée complètement folle aux joueurs…

– Elle demande également que le processus d’arbitrage soit complètement aboli.

Celle-là, je ne la comprends pas. Ce processus permet souvent à une équipe de conserver les services d’un joueur lorsqu’il a des demandes salariales trop élevées… À l’inverse, c’est un excellent moyen pour le joueur d’obtenir sa valeur réelle, l’AJLNH va s’y opposer!

– Finalement, elle suggère d’augmenter la durée maximale d’un contrat recrue à cinq saisons au lieu de trois années actuellement.

La convention collective actuelle prend fin le 15 septembre.

C’est au niveau du partage des revenus que les négociations rencontreront le plus d’adversité, tout comme dans le cas de la NFL et la NBA au cours des derniers mois.

Le journaliste Larry Brooks, du New York Post, rapporte également que les propriétaires désirent éliminer les bonis à la signature et imposer que les salaires versés soient des montants égaux pour chacune des saisons d’un contrat.

Une réunion de quatre heures a d’ailleurs eu lieu vendredi à Toronto. Il s’agissait de la cinquième rencontre depuis le 29 juin. Donald Fehr et Gary Bettman se rencontreront à nouveau la semaine prochaine.

On parle beaucoup de la possibilité d’un lockout, mais qu’en est-il vraiment?

Des négociations, ça fonctionne toujours de la même façon:

La partie patronale fait une offre, les demandes de concessions paraissent déraisonnables aux employés et à leurs représentants syndicaux…

Le syndicat crie à l’injustice, dit que ses syndiqués vont perdre des conditions acquises dans les dernières négos…

Nous en sommes à peu près là dans la LNH… Que va-t-il arriver cette semaine?

Le syndicat va faire une contre-offre, elle sera refusée du côté patronal, la Ligue dira que l’Association des joueurs exagère…

Les deux parties annonceront la fin des discussions, ce sera un bon timing, les vacances s’amorceront…

On arrête de négocier, officiellement, mais dans les faits, les jeux de coulisses continueront, loin des médias!

La LNH annoncera avoir laissé tomber un point litigieux mineur, la durée des ententes pour les recrues, par exemple… L’AJLNH dira qu’elle voit un signe de bonne foi de la part de la Ligue.

Elle en profitera pour s’attaquer au pourcentage des revenus accordé aux joueurs.

Ce sera le facteur déterminant, si Fehr propose un chiffre qui s’approche du 50%, on devrait avoir du hockey à l’automne, comme prévu. Si, par contre, il reste campé sur ses positions à 57 ou 55%, il y aura conflit de travail.

Les propriétaires décréteront un lockout.

Ça peut durer des jours, des semaines ou des mois. Plus la situation perdurera, plus on verra des joueurs importants s’exiler en Europe…

Un jour, le patronat réalisera qu’il perd ses atouts. Il retournera à la table des négociations avec une bonne foi réelle, pour sauver la face!

Le conflit se réglera, les concessions auront été faites surtout du côté de la Ligue, puisque contrairement aux entreprises industrielles, le hockey est avant tout un show qui met en scène des vedettes et sans elles, la Ligue Nationale de hockey n’est rien d’autre qu’un country club de milliardaires qui possèdent d’immenses amphithéâtres vides!

La saison sera-t-elle retardée, probablement? Annulée? J’en doute…

Les millionnaires du sport ont besoin de cash pour payer leur gros train de vie. Les propriétaires ont besoin de revenus pour faire boucler leurs énormes budgets… Et les deux groupes devraient avoir appris du conflit de 2005!

Crédit photo: Agence QMI

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s