Un retour en arrière?

Dès que le nom de Michel Therrien a commencé à pointer à l’horizon comme le successeur de Randy Cunneyworth les critiques sont apparues.

« Pas un ancien coach! »

« Ça n’a pas marché la première fois, pourquoi ça serait mieux cette fois-là! »

« Ramener un ancien coach, c’est comme coucher avec son ex… »

« Il n’a même pas gagné avec les Penguins! »

Et c’est sans compter les attaques personnelles envers Therrien sur son français, sa réputation et même son look! (Ok, son veston jaune était un EPIC Fail…)

La plupart de ces analystes ne doivent avoir aucun souvenir de l’an 2000…

Comme Michel a laissé sa DeLorean à Brossard hier, empruntons-la pour revenir douze ans en arrière…

Quinze jours avant que Therrien remplace Alain Vigneault, Georges W. Bush était élu président des États-Unis et le World Trade Center était debout. Jean Chrétien était premier ministre du Canada, Lucien Bouchard celui du Québec et les étudiants étaient dans les écoles.

Vous voyez que les choses changent…

Dans l’univers hockey de Montréal, les meilleurs marqueurs de l’équipe la saison précédente avaient été Martin Rucinsky, Dainius Zubrus et Sergei Zholtok. Lorsque Michel est arrivé en poste, ses leaders étaient Oleg Petrov, Saku Koivu et Brian Savage. Le meilleur espoir de l’organisation était Éric Chouinard…

Dans les semaines qui ont suivi la nomination de Therrien, George Gillet se portait acquéreur du Tricolore et du Centre Molson et Pierre Boivin était le président de l’organisation.

Le club-école des Canadiens, les Citadelles, était basé à Québec…

Dans le LNH, Jaromir Jagr dominait le circuit, Pavel Bure marquait 59 buts, Alex Kovalev était le quatrième marqueur de la ligue, Evgeni Nabokov était nommé recrue de l’année et Scott Gomez terminait la saison avec 63 points!

Depuis ce temps, Michel Therrien a mené les Canadiens à une demi-finale de l’Est, il a permis aux Penguins de Wilkes-Barre de connaître le meilleur début de saison de l’histoire de la LAH avec 21 victoires, une seule défaite et deux matchs nuls, avec qui il a atteint la finale de la coupe Calder.

Il a aussi participé au développement de joueurs comme Maxime Talbot, Marc-André Fleury, Sidney Crosby, Jordan Staal et Evgeni Malkin. Il a dirigé des vétérans comme Mark Recchi, Hal Gill, Gary Roberts et John Leclair. Et il a été sélectionné pour le trophée Jack-Adams, remporté par Alain Vigneault cette année-là…

Ça semble évident que l’entraîneur qui s’est présenté à Brossard hier, n’est pas le même qui avait remplacé Alain Vigneault au cours début du millénaire. Alors, s’il avait été jugé capable de relever le défi à l’époque, pourquoi ne sera-t-il pas le meilleur choix, une douzaine d’années plus tard? Si deux équipes de directions, de la plus grande équipe de hockey de la planète, complètement différentes ont crû en Therrien, pourquoi nous, les fans, ne lui donnerions-nous pas une deuxième chance?

La LNH a aussi bien changé… Cette vidéo avait été réalisée pour faire la promotion du Match des Étoiles en 2000. On voit Wayne Gretzky, le Grand Mario et Gordie Orr appeler Jagr, Lindros, Kariya et Bure des kids! De ces quatre kids, un seul était encore actif cette saison…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s