Parlons du futur coach…

On sait maintenant qui sera à la barre des Canadiens lorsque que l’organisation se présentera à Pittsburgh pour le repêchage en juin. Marc Bergevin sera celui qui parlera au nom de l’équipe et il sera secondé par Trevor Timmins.

La grande question qui demeure est celle qui concerne l’identité de l’entraîneur-chef. Bien sûr, Patrick Roy est le candidat numéro un, tant chez les fans, que chez les experts.., ces mêmes experts qui, selon le journal Metro et Influence Comunication, n’ont rien vu venir quant à l’embauche de Bergevin!

On apprend que le nom de Roy représente 38,76% du poids médiatique en ce qui a trait aux discussions sur l’embauche d’un DG et d’un coach! Si on observe les statistiques d’HABSolumentFAN à la même conclusion: Roy est votre préféré.

Bergevin n’avait suscité que 9,4% des débats et il a obtenu un contrat de cinq ans de la part du Tricolore, il est donc nécessaire de regarder les choix de deuxième ordre pour remplir le poste laissé libre par la rétrogradation de Randy Cunneyworth.

Tout ce que j’ajouterai au cas de Patrick Roy, c’est qu’il est prêt pour diriger dans la LNH et que si le Tricolore ne fait pas de lui son prochain coach, une autre équipe le fera tôt ou tard. Est-ce que Marc Bergevin souhaite faire de Roy son entraîneur? Difficile à dire, mais les deux hommes n’ont jamais travaillé ensemble. Est-ce que Bergevin pourrait se voir imposer Roy comme pilote? Disons qu’il n’a pas une réputation assez solide pour refuser catégoriquement une suggestion de Serge Savard…

Notez que Roy ne fait pas partie de la liste de Darren Dreger, ce journaliste de TSN qui a souvent été juste dans ses informations concernant les Canadiens cette saison.

Alain Vigneault est toujours sous contrat avec les Canucks, mais son avenir est incertain. Il devrait s’entretenir avec son patron, Mike Gillis, dans les prochains jours, on sera alors fixés sur sa disponibilité. Vigneault a déjà partie de l’organisation montréalaise et ce ne fût pas un succès… Geoff Molson a affirmé qu’il voulait du changement, Vigneault ne représente pas le renouveau, je ne retiens pas sa candidature.

Bien que Michel Therrien soit un candidat extrêmement intéressant, il souffre du même handicap que Vigneault, il est déjà passé à Montréal. Le fait que les deux n’en étaient qu’à leurs débuts à titre d’entraîneurs dans la LNH lors de leur embauche avec le Tricolore ne devrait pas faire pencher la balance, ils ont eu leur chance!

Dans la catégorie de ceux que je considérerais, Bob Hartley ne peut être ignoré. Bob est un gagnant, il a remporté un championnat dans chaque ligue où il a dirigé. Il s’exprime parfaitement en anglais et en français et il possède une solide expérience avec les médias.

Bob Hartley est un homme de passion, il vit pour le hockey, il sait comment tirer le meilleur des éléments mis à sa disposition. Je vois en Hartley une personnalité complémentaire à celle de Marc Bergevin.

Le nom de Denis Savard apparaît, pour moi, comme le favori dans l’optique où Bergevin devrait choisir son coach. Denis Savard avait été pressenti pour prendre les rênes des Canadiens, il y a quelque temps, mais on lui avait préféré un homme plus expérimenté, Jacques Martin.

Impossible de l’ignorer cette fois! Un ancien joueur du Canadien, des Hawks et un ami personnel de Bergevin. Les deux ont travaillé ensemble avec les Hawks, il serait donc naturel que Bergevin ait déjà jasé avec Savard pour sonder son intérêt…

Denis Savard a déjà occupé le poste d’entraîneur avec les Blackhawks, il avait conservé un dossier de .500, alors que les Hawks étaient en pleine reconstruction. Sans oublier qu’il connaît très bien Serge Savard…

Denis Savard est un homme extrêmement respecté dans le monde du hockey et il possède le genre de personnalité qui pourrait bien cadrer avec la nouvelle philosophie de l’organisation. Si vous voulez vous familiariser avec l’ancien numéro 18, je vous suggère de consulter son site officiel Savard18.com.

Finalement, dans la catégorie « champs gauche », le nom de Pascal Vincent, qui avait été cité cet hiver, lors du congédiement de Jacques Martin, circule toujours.  Vincent occupe présentement un poste d’adjoint à Winnipeg, il se consacre à des tâches stratégiques, plutôt que directement avec les joueurs et il avoue préférer le travail de terrain.

Je ne me cache pas, je ne veux pas voir Roy derrière le banc des Canadiens l’automne prochain. Il a demandé à être échangé de Montréal, on l’a exaucé, l’organisation peine encore à se remettre de cette transaction douteuse, forcée par un égo démesuré, il y presque vingt ans. Si vous avez oublié, moi, pas…

Mon choix émotif reste Bob Hartley, mais je crois fermement que Denis Savard a une longueur d’avance.

Et si Patrick Roy est nommé, on comprendra pourquoi Julien BriseBois n’est pas devenu le directeur général, il avait une réputation assez forte pour dire « non » à Geoff Molson!

Crédit photo: Agence QMI

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s