La fin du hockey extérieur?

Le sport national des Canadiens, le hockey, est né sur un lac ou un étang gelé près de Kingston, Ontario, autour de 1843. La plus lointaine référence entre les mots hockey et patinage provient de cette note du journal de Arthur Henry Freeling, un officier du Corps royal du génie de Grande-Bretagne, qui était basé dans cette bourgade du Haut-Canada. Cette tradition de pratiquer le hockey sur glace à l’extérieur est en voie de disparaître dans certaines régions du pays, selon une nouvelle étude.

Les auteurs d’une étude rendue publique aujourd’hui par IOP Publishing, une société située au Royaume-Uni, soulèvent la possibilité que la pratique du hockey en plein air au Canada est menacée par les changements climatiques. Il s’agit de la première fois où des scientifiques se penchent sur cette question.

Lawrence Mysak, professeur à l’Université McGill, est un des auteurs du rapport, il fait remarquer que les températures moyennes en hausse ne permettent plus à certains cours d’eau d’en arriver à un gel complet, et ce, à travers le pays.

Le professeur affirme aussi que les patinoires ont été ouvertes de plus en plus tard dans la saison hivernale au cours des 50 dernières années et que le nombre de semaines où elles sont en service à diminuer de plus de moitié.

Selon, l’étude, les régions le plus durement touchées au Canada sont les Prairies, le sud-est de la Colombie-Britannique de même que le sud de l’Ontario et du Québec.

Si l’on extrapole les tendances, il pourrait ne plus y avoir de patinoires en plein air d’ici tout au plus 20 ans.» -Lawrence Mysak

En utilisant les données météorologiques historiques de plus de 140 stations météorologiques à travers le Canada depuis les années 1950, les chercheurs ont calculé la date de début et la durée annuelle de la saison de patinage en plein air.

Le début de la saison est considéré comme le dernier des trois jours où la température maximale ne dépasse pas -5 °C, car il faut plusieurs journées froides pour fixer le fond glacé nécessaire pour n’importe quelle patinoire.

Ils ont ensuite examiné combien de jours en janvier et février ont été assez froids pour patiner sur des patinoires extérieures, qu’elles soient naturelles ou artificielles.

Depuis 1950, les températures hivernales au Canada ont augmenté de plus de 2,5 °C, ce qui représente trois fois le réchauffement mondial moyen.

Afin d’assurer que les futures étoiles du hockey canadien auront accès à des patinoires en plein air, le pays doit s’attaquer à la réduction des gaz à effet de serre. Nous en sommes là, on peut bien faire des blagues sur la température clémente que nous connaissons cet hiver, mais au-delà de toutes les considérations environnementales et économiques, c’est notre hockey qui est maintenant en jeu!

On peut être nostalgiques de l’époque de la rivalité Canadiens-Nordiques, il est toujours possible de croire au retour d’une équipe à Québec, mais le jour où l’eau ne gèlera plus dans nos parcs et sur nos rivières, il sera trop tard…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s